Peur de rien

Peur de rien


Le coeur bien accroché,
Je n'ai peur de rien.
Les dents serrés,
Rien ne me touche, rien ne m'atteint.

Puis vient le soir...
Des monstres sont tapis...
J'ai peur du noir...
Dans les recoins de mon esprit...

Le monde onirique fait son entrée,
Me laissant voir des rêves non désirés.
Et me faisant ressentir des sentiments,
Qui, effacés, devraient l'être depuis longtemps.

Le chemin vers la Surface est encore long,
Les flammes de mon Enfer me brûleront encore un bon moment...

Le coeur bien accroché,
Je n'ai peur de rien.
Les dents serrés,
Rien ne me touche, rien ne m'atteint.

Amsterdam, le 16 décembre 2008

Page last updated on 10 février 2010 at 20:48