La Folie, mon Amie

La folie, mon Amie

Lentement je m'abandonne à tes bras.
Doucement tu m'emmènes là-bas.
Nous disparaissons au plus profond de la nuit,
Très loin de tout et très loin d'ici.

Alors mes envies se libèrent
De tous les carcans imposés
Par cette société totalitaire
Et ces personnes butées.

Les rêves enfouis en moi,
N'ayant plus peur de se montrer,
Voient la Lumière pour la première fois
Et deviennent Réalité.

Mes démences cachées se changent en Vérité,
Plus rien alors ne peut m'arrêter…
Ni le Bien, Ni le Mal ne sont considérés,
Je suis la maîtresse de mon Univers tout entier.

Que deviendrai-je sans toi
Seule dans ce monde déchu ?
Je ne le sais pas,
Je serai sûrement perdue.

Compagne de mes délires nocturnes, mon Amie
Je te remercie.

Page last updated on 10 février 2010 at 20:44